« Les Je(ux)dis Solidaires » se dévoilent

_MG_8229Suite à l’événement fédérateur de la Semaine de la Solidarité Internationale en novembre, l’association Latitudes propose des rencontres pour permettre aux bénévoles et au public des différentes associations de la région avignonnaise de se questionner sur des sujets qui concernent la solidarité internationale à travers des outils participatifs et ludiques propres à l’ECSI. On veut en savoir plus sur les lauréats du 4ème prix du PIEED 2015, interview avec Giulia de Latitudes.

Votre association, en un slogan, c’est ?

Une phrase de Gandhi : « Sois toi-même le changement que tu veux voir dans le monde ».

L’ECSI pour vous qu’est-ce que c’est ?

C’est une méthode qui fait ressortir l’esprit critique et qui aide à construire l’intelligence collective pour changer les choses.

Les je(eux)dis solidaires… Pourquoi des soirées découverte de la solidarité internationale ? Pourquoi pas le mardi ?

A cause du jeu de mots ! A l’origine du projet, on a constaté qu’il y a peu d’associations d’éducation populaire qui font des actions pour le grand public à Avignon. C’est dur d’expliquer ce qu’est l’ECSI et on voulait proposer un espace pour se questionner sur ça, sur ce qu’est la citoyenneté, ce qu’on met réellement derrière les mots. On voulait des rendez-vous réguliers pour donner aussi un espace aux bénévoles des assos pour se retrouver, échanger.

Faites le portrait-robot d’un participant à un des « je(ux)di soldaires ».

Prenons par exemple Valérie: elle est jeune, sûrement étudiante. Elle a du temps libre et ne sait pas comment s’impliquer dans la société. Au lieu d’aller dans un bar, elle décide de venir à un je(ux)di solidaire pour découvrir de nouvelles choses (oui, elle est curieuse) et se former aussi. Elle est déjà un peu sensibilisée à la solidarité internationale mais elle ne sait pas comment faire quelque chose au quotidien. Elle aimerait aussi rencontrer des gens qui se posent des questions comme elle, sur comment s’impliquer. Elle veut échanger avec des gens nouveaux.

Quelle est l’originalité de votre projet ?

IMG_5511Le nom ! Blague à part, ce sont des rencontres ludiques : on est peu habitués à utiliser les jeux pour discuter. On rend aussi les bénévoles acteurs des événements car ce sont eux qui proposent des outils et les animent, suite aux formations bénévoles que nous proposons régulièrement sur différentes thématiques sociales actuelles. Nous, on donne les moyens d’organiser la soirée en fonction des besoins qui émergent chez les personnes qui gravitent autour de l’asso.

Vrai ou faux : outil pédagogique = jeux ?

Je dirais que le jeu est bon outil pédagogique. Souvent, quand une personne se met dans la peau d’un personnage, ça lui permet d’avoir des réflexions nouvelles, de comprendre des problématiques auxquelles elle n’est pas personnellement confrontée. Dans le jeu, le côté « esprit d’équipe » permet aussi de comprendre l’importance et la force de l’intelligence collective.

Votre grain de folie ?

On ne peut pas dire « non » ! On est tous à fond et on fait énormément de choses. Parfois c’est trop !

Le PIEED à quoi ça sert ?

D’abord le PIEED nous a poussés à définir plus précisément notre projet. Même si on l’avait fait avant, ça nous a permis de nous dire « Allez, on se lance ! ».

Financièrement, le PIEED nous permet de rendre gratuit nos événements et du coup de les rendre accessibles. On va pouvoir aussi  donner plus de temps pour accompagner les bénévoles qui vont animer les jeux.  A partir de ça, on espère que les collectivités pourront nous soutenir sur la suite du projet pour le pérenniser.

Un conseil à faire passer à un futur porteur de projet en ECSI qui voudrait postuler au PIEED ?

Soyez persévérants : c’est la deuxième fois qu’on postule et maintenant on a été primés. Et créez un projet dans lequel vous croyez sinon ça ne sert à rien !